Imprimer cette page

Interview du president fondateur

Interview du Président fondateur de l'ACSD, Laïd Ben Zekri, dans le «Couleur Locale» Hiver 2004, n°48, p7

 La création d'une nouvelle association c'est toujours un instant important dans la vie locale. Cet événement devient d'autant plus remarquable et remarqué lorsqu'il touche une activité sportive aussi populaire que le football. Couleur Locale a rencontré leur tout nouveau président M. Laïd Ben Zekri pour qu'il nous explique tout ceci.

 Tout d'abord M. Ben Zekri, qui êtes-vous?

 J'ai habité pendant près de 20 ans sur les Dervallières et ma famille y vit toujours. Si aujourd'hui je n'y habite plus, cela reste quand même évidemment quelque part mon quartier. Comme je suis un joueur de foot, le devenir de la section foot de l'Amicale Laïque m'intéressait forcément.

 C'était quoi ce devenir?

 C'est difficile pour des dirigeants d'une association telle que l'Amicale de tout tenir en main et de permettre un développement harmonieux des activités. Et il ne faut pas se voiler la face: le football, ça prend une énergie folle. L'encadrement des petits, la formation des entraîneurs, le manque de disponibilité des parents, et surtout les difficultés que l'on connaît avec l'équipe seniors. Année après année, cette charge est usante et on peut comprendre l'Amicale Laïque dans son souci de souffler un peu, pour s'occuper mieux et davantage des autres activités, voire d'en créer d'autres.

 Vous parlez de difficultés, quelles sont-elles plus précisément ?

 Vous savez, un «club de quartier», comme on dit, c'est des tensions avec les autres clubs. Pendant les matches, sur le terrain, autour du terrain, avec les supporters, les arbitres qui sont pour moitié issus du club adverse, dans les vestiaires et après le match, les sources de tensions sont nombreuses. Et ceux qui ont envie que l'affaire tourne mal n'ont aucune difficulté à y parvenir. Nous ne sommes pas des anges non plus et nous avons notre part de responsabilité et le ménage à faire dans nos propres rangs. Mais en cas de litige, nous sentons très nettement les instances de la Ligue ou du District ne pas prendre au sérieux nos arguments. Comme si les dés étaient pipés d'avance. Alors, c'est très dur de recevoir, lorsqu'on est de bonne foi, les amendes et les sanctions qui nous tombent dessus et c'est difficile ensuite de contrôler et maîtriser une envie chez nos joueurs d'en découdre en match retour.

 Mais il n'y a pas que des galères, rassurez-nous ?

 Non, sinon, je poserais mon sac et mes crampons. Non, il y a l'envie de continuer à faire vivre le foot et ses valeurs éducatives auprès des enfants et là, ça se passe plutôt bien cette année, une équipe débutants, deux équipes poussins, une en benjamins, une en moins de 13 ans et une en moins de 15 ans, cela fait environ 70 joueurs, plus l'équipe «loisirs» chez les adultes. Pour ça, nous avons une quinzaine de dirigeants mais il en faudrait le double pour avoir une organisation sereine.  On aimerait aussi que les parents se déplacent davantage. Ils prennent peut-être trop souvent le club pour une garderie et oublient que nous aussi nous avons notre vie de famille et nos contraintes. Notre temps libre, on le consacre au plaisir de leurs enfants au détriment parfois des nôtres, alors un petit coup de main parfois serait le bienvenu et surtout ça permettrait de se connaître mieux. C'est aussi, ça la vie d'un club : la convivialité.

 Vos projets pour l'avenir ?

 Nous sommes attachés comme l'Amicale à des valeurs laïques, il n'y a pas de place chez nous pour un prosélytisme quel qu'il soit. Mais nous avons aussi envie de développer des activités qui n'existent pas aujourd'hui dans le quartier. Le sport c'est important, la culture aussi et une activité de théâtre est dans nos projets. On aimerait bien ouvrir des cours d'apprentissage de l'arabe dans les mois ou les années à venir. L'apprentissage d'une langue que beaucoup de parents, de grands parents, parlent mais que leurs enfants ou petits enfants ne connaissent pas, n'écrivent ni ne lisent. Le partage entre générations, ça passe aussi par là : mieux se comprendre.

Nous recherchons des partenaires (Sponsors) dans le quartier et en dehors afin de nous aider pour l'achat de maillots, ballons, matériels de bureau, etc... en contrepartie, différentes possibilités sont offertes pour mettre en valeur nos sponsors (pancartes, affichage) et un compte rendu et un suivi leur seront régulièrement adressés s'ils le souhaitent.


Page precedente : Historique
Page suivante : Declaration d'intention